Genése d’EMMI91

Il y a 20 ans ma fille ainée rentre de son premier jour de CP, s’assoit dans la cuisine, sort un cahier et commence à écrire. Après un petit moment, je la vois sangloter. Que se passe-t-il ? Elle me répond avec ses yeux plein de larmes « Je n’y arrive pas, je dois écrire Maman »

Comment un enfant peut-il se mettre dans un état pareil alors qu’il apprend à écrire…. Et pas n’importe quel mot ?

L’apprentissage ne doit pas être contraignant mais bien naturel. Cette anecdote m’a permis de me jeter dans une aventure extraordinaire.

Je reprends mes études, j’obtiens une licence de sciences de l’Éducation, je tente deux fois d’obtenir le concours des professeurs des écoles, je fais des remplacements dans des classes publiques. Ces expériences ne me satisfont pas, je ne me sens pas dans mon élément.

Je suis embauchée dans une école Montessori primaire et, par chance, je m’inscris à la première formation d’enseignant de classe primaire dispensée par l’Association Montessori International (AMI) accessible aux francophones.

Je découvre une pédagogie qui donne énormément de clés et de savoir-faire. La philosophie montessorienne devient une évidence, elle ressemble à l’éducation que je donne à mes enfants et à celle que j’ai reçue (ma propre mère avait décroché son diplôme d’éducatrice Montessori en 1967).

Au fil du temps, l’association de mon travail et de mes études AMI ne sont plus en adéquation. C’est pourquoi en 2008, je crée l’Ecole Maria Montessori Internationale.91 à Evry (EMMI.91). Elle est officiellement intégrée dans le système scolaire français car elle est déclarée et possède un numéro d’immatriculation délivré par l’Education Nationale. Une Inspectrice de l’Académie de Versailles vient observer la classe et l’école reçoit un compte-rendu positif. EMMI.91 accueille la première année 12 enfants. Puis la demande des familles s’accroit et aujourd’hui l’école reçoit une soixantaine d’enfants.

Les principes montessoriens sont là : la localisation de l’école, les enseignants diplômés AMI, la quantité et qualité du matériel, le nombre d’enfants, le mélange des âges, la mise en pratique de la pédagogie, l’ambiance préparée. Les principes sont appliqués j’obtiens donc la charte de Montessori France (AMF).

Tous les clignotants sont au vert !

En tant que professionnelle, j’ai tous les outils didactiques qui permettent d’appliquer la pédagogie mais il me faut également le savoir-être pour appliquer la philosophie, ce qui est plus subtil. Mon travail auprès des enfants est évidement de proposer des notions scolaires mais également d’être bienveillante à l’évolution de chaque individu en respectant chaque personnalité.

Quel bonheur, la théorie est réalisable !

Je prends plaisir à préparer mes présentations, à voir ces enfants préparer la rencontre des anciens, organiser des sorties, prendre du temps pour s’écouter, partager le matériel.

Ah ce matériel si précieux et magique ! Il est tellement manipulé et parfois utilisé sans délicatesse qu’il doit être renouvelé régulièrement. C’est en observant les enfants que je peux de temps en temps apercevoir l’illumination sur leur visage : le plaisir d’avoir découvert ou compris quelque chose.

Et puis il y a les portes ouvertes où les enfants démontrent le mécanisme de la grande division ou les racines carrées à leurs parents, durant ces moments particuliers je rencontre des parents – convaincus du bienfait de cette pédagogie – qui aimeraient retourner quelques années en arrière pour apprendre la civilisation grecque ou romaine à la manière Montessori…. Et je rencontre aussi des professionnels de l’Education et du paramédical qui, par manque de connaissance, restent sur des idées reçues. J’entends encore : « Les écoles Montessori ont des petits effectifs, elles accueillent des enfants en difficultés scolaires, des enfants à haut potentiel, des enfants trop sages, trop violents, trop actifs, trop lents… Les enfants font ce qu’ils veulent quand ils veulent, et après Montessori, ils ont des difficultés pour s’intègrer dans le système traditionnel »

Et je réponds inlassablement que les enfants que je reçois profitent avant tout de leur enfance et que je m’adapte à chacun pour que leur apprentissage reste un plaisir. Ils ne sont que de passage dans l’école, leur évolution continue tout au long de leur vie. Durant ce temps ils auront appris à se respecter, à respecter le travail, à se donner des objectifs, assumer leur choix et surtout à écrire « Maman » avec des étoiles dans leurs yeux….

Aujourd’hui une autre aventure s’ouvre devant moi la création d’un Campus Montessori….